Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:59

Fernand a été homme de scène, acteur de théatre et de cinéma, mais aussi animateur radio et chanteur, pans de sa carrière dont on se souvient peut être moins. Voici une discographie (non exhaustive probablement) avec quelques éléments relatifs à certaines chansons :

oh he hein quoi ? (d'après Nino Ferrer en 1966) ; gloire au fayot (J. Denjean - Deparmeco) ; la tasse de lait et le professeur de gymnastique (la pochette du disque porte la mention : chansons vécues par Mr Fernand Raynaud du palais d'hiver de Lyon ; la tasse de lait : drame chanté avec Renée Caron, le professeur de gymnastique : chanson entrainante crée sur la plage de Palavas les Flots ; Christian Marin a écrit et également interprété cette chanson) ; a dada le petit cheval (de Louise Petit, qui a chanté ce titre le 6/07/1964 dans l'émission de JC Averty "les raisins verts" et trouvé à 77 ans les joies de chanter et d'enregistrer) ; avec Bidasse (créé par Bach, comique troupier, en 1913 ; Bach formera ensuite avec Laverne un duo comique réputé qui interprétera plus de 50 sketches) ; Léna (Bobby Lapointe) ; telle qu'elle est (d'après une chanson de Fréhel  : tel qu'il est) ; la vache à 1000 francs (adaptation de la chanson de J. Brel par Jean Poiret) ; je n'suis pas bien portant (Ouvrard) ; allo mon coeur ; Suzon la blanchisseuse (Polin - Ouvrard ; repris par Fernandel) ; c'est beau la nature ; les jolies colonies de vacances (P. Perret ; 1966) ; le clair de lune à Maubeuge (Pierre Perrin, chauffeur de taxi, reprise par Bourvil ; 1962) ; le tango polaire (P. Brunet ; P. Amar) ; cuisses de grenouille (Renée Caron raconte dans son livre un lacher de grenouilles qui ne fit pas que des heureux chez Félix, à Cannes, lors de la sortie de ce titre en 1965) ; un oeuf sur le plat ; on pense à l'amour ; cui cui les petits oiseaux ; une histoire ; le twist de Fernand ; le poète et la fille ; les gens riaient (ces trois derniers titres ont été écrits par R. Mamoudy, sur une musique de Marcel Rossi dont l'orchestre accompagna Fernand en maintes occasions ; le dernier titre a été écrit pour Fernandel qui refusa de le chanter car déja interprété par Fernand et Zavatta ; poussé par son fils, il l'interprétera à la TV en 1968 au palmarès des Chansons de Guy Lux ; Michel Vocoret raconte dans son livre comment il organisa la rencontre entre Fernand et Fernandel ) ; et v'lan passe moi l'éponge (Jean Baitzouroff, dit Popoff, Jacques Martin) qui donna lieu à une polémique (voir l'article suivant)

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:58

Fernand a enregistré environ 25 chansons dont la plus célèbre reste certainement "et v'lan, passe moi l'éponge" ; certains affirment que Fernand l'aurait "piquée" à Jacques Martin qui en est l'auteur, avec Jean Baitzouroff, dit Popoff, qui accompagnait souvent musicalement Jacques avec sa formation (dont faisait partie Bob Quibel) ; voici la version donnée par Danièle Evenou, qui fut l'épouse de Jacques, sur Europe1 le 5/08 dans l'émission MDR, version qui met fin à la polémique :

"c'était sur une radio concurrente, Jacques est en direct entrain de faire une émission et il entend une chanson tellement bête qu'il dit en direct : "bon, on va vous en passer une autre et moi pendant ce temps là je vais vous en faire une encore plus con" ; et il écrit cette chanson "et vl'an..." ; après, il la chante en direct ; Fernand Raynaud qui est dans sa voiture entend ça à la radio, il fonce vers RTL, et alors que Jacques avait dit "plus con c'est difficile", va directement au studio et dit "Jacquot, je veux la chanter" ; c'est arrivé comme ça, et ça a rapporté beaucoup d'argent à Jacques".

 

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:57

A Clermont-Ferrand, seule une petite rue joignant la longue rue de l’Oradou au boulevard Lafayette porte son nom ; piètre reconnaissance de la ville qui le vit naitre et qu’il n’a jamais cessé de promouvoir. A Paris, le nom de "Fernand Raynaud" a été donné par arrété municipal du 31 janvier 1994 à une "petite rue" du 20ème arrondissement (c'est à la mairie de cet arrondissement que Fernand s'est marié le 22 janvier 1955 avec pour témoins Roger Pierre et Jean Marc Thibault ; il a également habité rue Piat, une rue de cet arrondissement) ; je dis "petite rue" car il s'agit en fait d'un passage à escaliers étroit  (2,5m) entre deux murs, joignant la rue de l'Ermitage et la rue des Cascades ; la capitale aurait pu faire mieux. 

voir les photos sur les sites:

 http://parisecret.20minutes-blogs.fr/album/rues/1166391695.html

 http://www.laphototemps.com/le_troisieme/021.htm

 http://lesdurocasseriesdepierlouim.blog50.com/archive/2008/10/01/fernand-raynaud.html

 

 

Le 5 octobre 1985, la municipalité de Saint-Germain des Fossés, là ou il réside à jamais, a inauguré l'avenue Fernand Raynaud ; elle relie la rue de Bourzat et la rue de Vichy ; non loin de là se trouve également l'allée Fernand Raynaud ; Merci !

Faute d'un boulevard, il a une place, oui, et elle est de taille ; c'est une grande place, là dans notre coeur.

 

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:56

Est-ce "Monsieur l'Abbé" évoqué dans de nombreux sketches ?

http://pagesperso-orange.fr/paysdaigre/hpa/textes/biographies/ducouretr.htm

Le cimetière de Saint Germain des Fossés, sa dernière demeure

http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article1369

Fernand mène un entretien surréaliste avec Jacky Bernard

http://richardcollier.typepad.com/weblog_de_richard_collier/2006/03/connaissez_vous.html

A l'époque ou Fernand, inconnu du public, habitait rue Piat

http://www.blogg.org/blog-30804-date-2007-03-26-billet-jean_ro__rencontre_un_clown_triste____-560609.html

http://www.blogg.org/blog-30804-billet-570138.html

Ses amis sortent du sommeil

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/vichy/ses_amis_sortent_du_sommeil@CARGNjFdJSsEFB4MAx4-.html

Archive de la télévision suisse romande : descente mouvementée de l'avion à Genève

http://archives.tsr.ch/player/personnalite-raynaud

Archive de la télévision suisse romande : entretien avec Maurice Huelin

http://archives.tsr.ch/player/humour-raynaud

Fernand avec Gérard Sety, comédien et parodiste

http://www.gerard-sety.com/img/photo/fernand_reynaud.html

Dans "la bande à papa"

http://www.allocine.fr/personne/galerievignette_gen_cpersonne=17.html

http://www.allocine.fr/personne/galerievignette_gen_cpersonne=35713&cmediafichier=18967607.html

Pour les passionnés d'astrologie, le thème de Fernand

http://www.astrotheme.fr/celestar/portrait.php?clef=XbR6Z23cPW46&info=1

Interview de Renée Caron-Raynaud qui parle de Fernand, son mari

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/vichy/fernand_raynaud_le_rire_pour_oxygene@CARGNjFdJSsEFB8FCh8-.html

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:55

La lecture de ces livres, en tenant compte des remarques de Pascal Raynaud, m'a permis de trouver des anecdotes qui font partie intégrante du spectacle :

Mon ami Fernand Raynaud ; auteur : Michel Vocoret ; éditeur : Michel Lafon (2006)

Acteur de théatre, de cinéma, metteur en scène, Michel Vocoret (que Fernand appelait Voco) a été l'ami fidèle de Fernand durant les 17 dernières années de sa vie et raconte ces années de complicité. Entre autres, ils ont joué ensemble dans la pièce de Raymond Castans "Auguste" (c'était le prénom du père de Fernand) en tournée et lors de l'enregistrement effectué en 1967 par Pierre Sabbagh au théatre Marigny dans le cadre de son émission fétiche "au théatre ce soir" ; Michel Vocoret a participé à l'écriture de nombreux sketches et a été le complice de Fernand dans certains comme "le peintre et son modèle".

voir le site : http://www.michelvocoret.fr/potins.html

Fernand Raynaud ; auteur : Jean Schoubert ; éditeur : Flammarion (1993)

Préface de Pierre Perret

Jean Schoubert (que Fernand avait baptisé Chouchou) a été le pianiste de Fernand durant 18 ans, ainsi que son chauffeur et partenaire dans des nombreuses parties de belote que Fernand aimait disputer et gagner car il était d'un niveau redoutable et avait horreur de perdre (il exécutait par ailleurs de nombreux tours de cartes). Il narre de nombreuses anecdotes.

voir le site : http://boldron.unblog.fr/2009/04/12/schoubert-profession-pianiste/

Irrésistible Fernand Raynaud ; auteur : Georges Debot ; éditeur : Jacques Grancher (1978)

Préface de Jean Nohain

Journaliste, Georges Debot a vécu pendant des années dans l'intimité de Fernand et raconte les difficultés que ce dernier a du surmonter avant d'imposer les personnages de ses sketches.

Fernand Raynaud, le rire, le public, et les copains ; auteur : Evelyne Bonnet ; éditeur : Dujarric (1979)

Une biographie dans laquelle l'auteur met en évidence, dans l'ordre chronologique, les différentes périodes de la vie de l'artiste et narre les évènements qui ont influencé la carrière du comique.

 Fernand Raynaud ; auteur : Renée Raynaud ; éditeur : Favre (1986)

Chaque chapitre est une anecdote relatée par celle qui fut l'épouse de Fernand depuis 1955.

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:54

 

Le 28 septembre 1973 Fernand RaynaudFR se tue dans un accident de la route à Cheix sur Morge à l'âge de 47 ans ; on pourra lire dans France Soir du 21 octobre :"on n'a pas fini de s'interroger sur les circonstances exactes de la mort de Fernand Raynaud : vitesse excessive ou malaise ? L'enquête s'annonce difficile. Une chose est sûre : le virage dans lequel le coupé Rolls du célèbre fantaisiste s'est déporté, avant le choc contre la bétaillère, jouit dans le pays d'une double et paradoxale réputation : insignifiant pour les uns, "traitre" pour les autres. A la gendarmerie de Riom, on estime qu'il  ne présente pas de danger particulier à condition de l'aborder à une vitesse raisonnable. Pourtant, on y dénombra d'autres morts : 4 portugais voilà moins de trois mois, trois jeunes gens en "2 cv" il y a quelques semaines et maintenant Fernand Raynaud."

Dans la rétrospective de fin d'année 1973 d'un autre journal (Paris match ) on trouvera l'article ci-dessous :

"Heureux, je suis heureux" disait le cantonnier du sketch. Heureux, Fernand Raynaud, lui, ne l'était pas. C'est vrai que, cantonnier, il ne l'était plus. Et en montant à Paris en bicyclette, cet ancien terrassier au camp d'aviation d' Aulnat pédalait, sur le grand braquet, vers son destin : celui de comique. Angoissé. Angoissé ? Comment Fernand Raynaud ne l'aurait-il pas été : il prenait ses histoires dans la vie. Ses yeux étaient des rayons X. Il se couchait rarement avant 6 heures du matin, pour s'imbiber dans les bars des préoccupations des français. Souvent il prenait sa voiture et roulait seul dans la nuit à grande vitesse pendant des centaines de kilomètres . Que cherchait-il au bout de la route ? Lui-même. Le 28 septembre, Fernand Raynaud se rendait à Clermont-Ferrand pour annoncer officiellement qu'il se retirait de la scène. Il avait réservé cette nouvelle à sa ville natale où il devait donner un dernier gala au profit des personnes âgées. Il avait quitté Clermont-Ferrand à vélo. Trente ans plus tard, il y revenait. En enfant prodige. En Rolls Royce. Pour s'y tuer.

La gendarmerie a noté laconiquement dans son rapport " dans le virage à l'entrée de cheix sur Morge, la Rolls-Royce a évité une bétaillère avant de venir percuter le mur du cimetière" ; cruelle destinée....qui n'est pas sans faire penser à celle de Coluche.

 

 

Réponses du quizz : D D C A B B A D B C D C D

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:51

Déjà dans ma tendre enfance, à l'école, le rôle principal dans les petites scénettes jouées lors des fêtes de fin d'année m'était dévolu ; plus tard, j'ai foulé les planches dans le cadre universitaire puis, nommé professeur à BESANCON, j'ai monté et animé un groupe de théâtre dans le lycée ou j'enseignais avec au programme des pièces de boulevard. Parallèlement, j'étais membre d'une troupe théâtrale avec laquelle  nous avons interprété durant plusieurs années les œuvres de Geneviève Baïlac en Franche-Comté (Besançon, Pontarlier, Belfort...) et dans des villes plus au sud de la France (Lyon, Marseille, Perpignan, Toulon, Valence, Nîmes, Arles, Vernet les Bains, Rillieux-la-Pape,...). Marthe Villalonga, Robert Castel, Lucette Sahuquet, entre autres, ont fait leurs débuts dans ces pièces. Ma carrière d'enseignant a ensuite éclipsé celle "d'acteur" ; mais n'y a-t-il pas de rapport entre les deux ? Enseigner n'est-ce pas d'une certaine façon "théâtraliser"  pour faire croire aux "auditeurs" que l'on découvre les choses en même temps qu'eux alors que cela fait plusieurs années qu'on les expose ? Arrivé au terme de cette carrière, j'ai décidé de fouler à nouveau les planches et de monter le projet qui me tenait à coeur depuis longtemps, celui de remettre au gout du jour l'humour qui a bercé mon adolescence et bien au delà, celui du grand Fernand, et inspiré bien des humoristes actuels comme Roland Magdane qui a déclaré récemment  à son propos : " il a été le déclencheur de ce que j'ai fait dans la vie, de mon métier ; il aurait toujours sa place, avec autant de succès car c'était un moraliste, il racontait des petites fables qui dénoncaient les travers de notre société, des fables qui sont toujours d'actualité" ou Bruno, des frères Taloche "j'ai été fasciné par F. Raynaud ; j'admirais son aisance et puis il faisait rire les gens, et je trouvais ça magique", et aussi récemment  Bernard Campan "c'est l'un des premiers que j'ai vu à la télé...c'est un précurseur..il parlait beaucoup du monde des adultes...il a été le premier à faire de l'humour social" (sur Europe1 le 20/07/2009).

Repost 0
Published by françois
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 21:53

  Voici la liste des sketches interprétés lors du spectacle :

en  première partie : bourreau d'enfants ; heureux ; c'est étudié pour ; Balendar à Verdaison ; la plongeuse du café des sports ; le plombier

en seconde partie : la prévention routière ; j'suis pas un imbécile ; l'opération de l'appendicite en 1860 (mime) ; le tailleur ; le paysan ; le fût du canon

en rappel : allo tonton ; la bougie (ou "le vase de Soissons", ou "ce que vous voulez Monsieur", ou "les lacets" ou "la banque provencale") ; la pipe à pépé

Comment a été composé ce programme ? J'ai fait la liste des sketches pour lesquels j'ai trouvé, dans les livres consacrés à Fernand Raynaud, des anecdotes s'y rapportant ; certains sont des incontournables, d'autres moins connus, voire quasiment inconnu comme "la banque provencale" ; puis il a bien fallu faire un choix : j'ai retenu ceux qui étaient encore d'actualité (relativement...) sans reprendre les sketches de la fin de carrière plus corrosifs (comme les citrouilles, le béret, le brassard...) ; je présente parfois le seul qui, à mon avis, est un peu poétique (enfin je le conçois ainsi ) ; c'est "entends t'y dis Paul". Mais le programme est évolutif  (c'est ainsi que je jouais "le baptème de l'air" et "j'm'amuse" au cours des premiers spectacles) et peut être que dans l'avenir...J'ai également intégré une "histoire sans parole" car c'est grâce au mime "un monsieur dans le train" que Jean Nohain a repéré Fernand puis l'a embauché dans ses émissions, marquant ainsi le vrai début de sa carrière.  

Si vous êtes intéressé, contactez moi !

Repost 0
Published by françois
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de François
  • Le blog de François
  • : je suis fan de Fernand RAYNAUD ; j'ai imaginé un spectacle que j'interprête composé de sketches qui sont toujours d'actualité tout en racontant des anecdotes sur sa vie.
  • Contact

Recherche

Liens