Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 13:44

Jack Yfar, alias Jacques Farine, fut l'impresario de Fernand lors de certaines de ses tournées en Suisse ; Alain Morisod raconte dans son livre que Fernand et Jacques eurent quelques prises de bec (voir le site deja cité dans l'article "il a été son pianiste"). Jack Yfar vient de tourner la page après 5000 spectacles !

Sur le site www.tdg.ch/actu/people/jack-yfar-tourne-page-5000-spectacles-2009-03-27 une brève rétrospective de sa carrière.

Repost 0
Published by François
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 15:38

 

Dès que Fernand s'ennuyait (il était incapable de rester à table plus de 10 minutes, parait-il) il demandait un jeu de cartes (s'il n'en avait pas sur lui ; chez lui il en a des centaines) et présentait d'habiles tours ; il travaillait longuement ses tours chez lui, s'informait auprès des professionnels et dévoilait rarement ses secrets. Allez sur le site de l'INA :

 

http://www.ina.fr/divertissement/humour/video/I05332873/fernand-raynaud-en-famille.fr.html

 

Fernand est questionné par André Leclerc (il me semble reconnaitre sa voix ; il fut souvent le complice de Jean Nohain dans ses nombreuses émissions ) ; vous le verrez chez lui, en compagnie de son épouse et son fils Pascal qui a une quinzaine de mois (je remarque que la formule de a+b au cube qu'il lui donne est fausse...) ; il vous présente un tour de cartes qu'il vous dévoile !

 

Mais Fernand était aussi un as de la belote ; il y jouait n'importe quand, n'importe ou mais pas avec n'importe qui ! Il voulait des adversaires à sa hauteur, ou un peu moins car il avait horreur de perdre. Ses deux adversaires préférés étaient André Vylar (qu'il classe hors concours ; ils se sont rencontrés en 1947 à Clermont lors d'une audition publique) et Etienne Meunier, dit André Clary (il deviendra le secrétaire de Fernand ; il lui attribue la note 18/20 mais "il triche" dira de lui Fernand, dont on ne saura jamais si lui même ne trichait pas, vue sa grande dextérité par exemple à distribuer les cartes !) ; Michel Vocoret, novice en la matière, se souvient encore de la réaction de Fernand alors qu'il venait d'annoncer "un carré de sept" ! Jean Schoubert, l'un de ses pianistes, a même consacré un chapitre entier à "la belote" dans son ouvrage "Fernand Raynaud", chez Flammarion.

 

 

Repost 0
Published by François
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 22:33

Marcel-rossi-copie-1.JPG

 

J'ai parlé dans un article précédent de Jean Schoubert et Alain Morisod (alias Alain Patrick) qui ont été pianistes de Fernand ; Marcel Rossi, le compositeur, l'a été aussi (voir le site fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Rossi  avec une photo de Fernand et Marcel) ; il a écrit en 2010 un live intitulé : "Oui je les ai bien connus... et alors ?" aux éditions Prolégomènes de Marseille ; j'ai récemment découvert grâce au blog http://jeanbaptistepiazzano.blogspot.com/ que je vous invite à visiter, que Jean-Baptiste Piazzano a aussi été le pianiste de Fernand à ses débuts ; je crois qu'il accompagne au piano Jacky Bernard dans une interview mémorable conduite par Fernand et évoquée dans un article précédent (http://www.youtube.com/watch?v=0eZsacKSebU) ; parfois Fernand s'amusait à glisser le nom ou le prénom d'un de ses amis dans ses sketches ; ainsi dans "le douanier" : "mon nom est koulakerstersky (Pierre Koulak, grand ami de Fernand vient de publier un livre) du côté de ma mère et Piazzano Benditi du côté d'un copain à mon père" et dans une version de la prévention routière : "Michel tu picoles trop" (peut-être Michel vocoret ?) dans une autre version : "Nunuss tu picoles trop" (Nunuss, alias Nussbaum, était le secrétaire de l’agence Yfar, impressario de Fernand en Suisse ; Alain Morisod raconte dans son livre que le Nunuss en question ne détestait pas boire un coup, et même deux...).

Peut-être l'un des deux est-il le pianiste qui figure sur cette photo ? A la lecture du livre de Marcel rossi, il semble que ce soit lui.

Fernand et le pianiste inconnu

Repost 0
Published by François
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 23:53

A Nancray, j'ai animé une soirée privée le 2 juillet 2011.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des sketches de Fernand Raynaud à Nancray
Repost 0
Published by François
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 13:37

allez voir sur le site :

http://www.culturepub.fr/videos/panzani-fernand-raynaud

Fernand fait de la pub pour les pâtes Panzani ; et comme dans ses scopitones, il joue tous les rôles : ici l'épicier et le client.

Repost 0
Published by François
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 17:41

A Arbois, en plein air, pour l'anniversaire d'un ami, le 11 juin, il y avait le cantonnier et  toute sa clique !arbois 001

arbois2 001

Repost 0
Published by François
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 11:51

Sa fille aborde la question dans un magazine :

"il attirait beaucoup les femmes ; il avait un regard intense, des yeux charmeurs...mais maman aussi était une jolie brune aux yeux verts".

Quelques précisions dans une bibliographie :

"elle (sa bonne) et Renée (sa femme) constituent son premier public et, bien que misogyne dans l'âme, il est très sensible aux réactions féminines......

et plus loin :

"s'il admet que son incroyable impact sur le public est en grande partie redevable aux femmes, il reconnait, sans l'ombre d'un regret, qu'un comique n'est pas un séducteur"

et Fernand lui même de déclarer en 1970 dans "noir et blanc" :

les fantaisistes comme Robert Lamoureux doivent rester séduisants ; ils sont bien habillés etc..., donc ils plaisent aux femmes ; les comiques n'essaient pas de plaire ; vous savez, le comique c'est un sacerdoce ; quand on veut faire ce métier, on n'a pas le temps de penser à autre chose ; les femmes elle même passent au second plan"

et toujours Fernand à Lucien Bodard en juin 1970 qui lui demande "dites, du côté des dames, ça a l'air de marcher"

il répond :

"peu ; nous, on est des comiques ; les dames, vous savez, elles n'en font pas leurs choux gras ; autrefois les comiques étaient des excommuniés ; maintenant, ils sont encore un peu maudits, on ne les respecte pas vraiment".

Et Lucien Bodard d'ajouter : "et c'est ça le drame de Fernand".

 

Repost 0
Published by François
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 15:41

accident-Fernand-001.jpg

Dans un article précédent "1973, la tristesse de ses admirateurs" j'ai énoncé que le rapport de police stipule " la rolls a évité une bétaillère..." ; en consultant le journal France-soir du 30 septembre 1973 qui annonce le décès de Fernand je relève :

"...il fait encore clair à 17h30 et sa vitesse n'est pas exagérée pour un véhicule de cette puissance...il négocie mal le virage, la puissante voiture anglaise mord légèrement la ligne jaune, à l'instant ou, en sens inverse, arrive une Volkwagen qui elle, tient bien sa droite. Il l'effleure légèrement mais cela suffit pour déséquilibrer la Rolls qui continue sa trajectoire en zigzaguant. Derrière la volkwagen vient la bétaillère de Monsieur Lasnier : Fernand la percute avec une telle violence que l'enquête établira plus tard que c'est probablement à cet instant qu'il a été tué sur le coup ; mais la course folle du véhicule n'est pas terminée : il fera encore près d'une centaine de mètres avant de s'écraser définitivement près du petit cimetière".

La reconstitution ci-desus est extraite du même journal.

Repost 0
Published by François
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 13:29

Lucien Bodard fut, entre-autres, grand reporter à France Soir de 1948 à 1975 ; il découvre Fernand, "ce grand comique, petit homme triste, inégalable mime, causeur infatigable", après avoir passé 15 jours et 15 nuits sans le quitter.

Il raconte (extrait de france-soir du 30sept-1er oct 1973) :

le gymkhana vers Paris...il fonce. Il est dans une sorte de tension froide. Il est silencieux, sombre, aux aguets.... Fernand, le chapeau en bataille, la bouche en bataille, le visage rouge, ruisselant, les mouvements un peu tremblants, se lance sur l'autoroute. Là, il conduit comme on essaie sa chance à la roulette...A chaque seconde, ce peut être la collision, la bagarre, les injures....A l'entrée de Paris, il fait une extraordinaire manoeuvre de débordement, traversant des lignes, des files, tournicotant dans des centaines de voitures. Apothéose. Après d'énormes coups de volant et d'énormes coups de frein, Fernand s'arrête en première place sous les bons regards d'un flic qui le reconnait gentiment et dit "Bonjour Monsieur Raynaud."

Repost 0
Published by François
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 16:23

Un canard dans le titre duquel figure le nom de notre belle capitale annonce sur sa couverture une interview exclusive de Françoise Raynaud, fille de Fernand ; vous pensez bien que je me suis précipité au bureau de tabac du coin pour savoir ce qu'on allait nous apprendre ! Hélas ! en fait, la seule révélation douloureuse est qu'on lui a caché le décès de son père pendant quelques jours ; quoi d'autre ? rien de nouveau ; on retrouve ce que dit son frère dans les articles signalés dans ce blog et dans le livre écrit par Renée Raynaud ;  pas de révélation, et c'est bien sûr normal, 37 ans après sa disparition. Tout a deja été dit dans quelques livres énumérés par ailleurs. Qu'il repose en paix à Saint-Germain-des-Fossés, dans la banlieue de Vichy. Je sais que la famille (c'est Pascal Raynaud qui me l'a confié au téléphone) n'a pas apprécié le livre de Michel Vocoret qui émet sur certains points des avis divergents.

Quant à moi, ce qui m'éblouit par dessus tout, c'est sa prestigieuse carrière, sa grande générosité, et je lui dis "chapeau, l'artiste" ! J'aurais aimé le rencontrer ; il est né la même année que le président Giscard d'Estaing et pourrait donc être encore parmi nous. Sacré Fernand, on ne t'oublie pas !

Jean Nohain, qui l'avait fait monter sur scène en 1951 à Biarritz, disait de lui : "j'aime la plupart de mes amis mais celui là, je l'adore ! ...Je connais bien son coeur, sa spontanéité, ses élans ; je peux dire que ce Fernand Raynaud, qui est le plus drôle de tous mes amis, est aussi un drôle d'ami...", et lorsqu'il apprit le décès de Fernand alors qu'il était à Evian : "laissez moi réaliser... Fernand avait un talent unique, jaillissant, spontané, hors série".

Repost 0
Published by François
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de François
  • Le blog de François
  • : je suis fan de Fernand RAYNAUD ; j'ai imaginé un spectacle que j'interprête composé de sketches qui sont toujours d'actualité tout en racontant des anecdotes sur sa vie.
  • Contact

Recherche

Liens